Vendredi 20 août 2021

Pré-programme (date, lieu et horaire sujets à changement)

09h30 – Petit déjeuner discuté

[ Près du chapiteau ]

Questions

Un moment de partage autour de viennoiseries pour échanger impressions, ressentis, critiques, enthousiasmes ou incompréhensions entre écoutants et avec les artistes du festival. Un questionnement ? Une émotion ? Un temps pour se confier en toute simplicité.


10h00 – Aurélie Maisonneuve & Jean-Christophe Feldhandler (France)

« Mon navire sur la mer » (première représentation)

[ La Spouze ]

Mon navire sur la mer

Micro-opéra pour une voix et percussions [dès 18 mois]

Dans un univers d’une esthétique pure, influencée par le monde oriental, une femme en kimono chante, parle, chuchote et nous raconte un voyage… « au-delà des mers, il y a une ville. Il faut construire un bateau. » Sohrab Sepehri
Une barque sur une toile peinte.
Un tapis comme un ciel.
Un petit espace circulaire ; une piste de cirque ou un cercle rituel japonais.
Une voix, une femme dans un kimono, chante, parle, chuchote.
D’abord il n’y a pas de langage, il y a des phonèmes, des sons, des interjections. Peu à peu des mots émergent, s’organisent, une langue est en train de naître.
Sur une mer immobile, un bateau immobile.. il était un… puis viennent les couleurs, la lumière blanche et le bleu… balancement, contrebalancement… une ballade, un mantra, troisième récit, troisième mouvement : ultime «course» vers une échappée solitaire…

Aurélie Maisonneuve : voix
Jean-Christophe Feldhandler : écriture musicale et percussions

Commande d’écriture, production et diffusion : Athénor scène nomade – CNCM, Saint-Nazaire. Créé en 2006 – Reprise de création en 2020


11h00 – Nathalie Forget & ErikM (France)

« Micro-Waves »

[ Eglise de Saint-Silvain-sous-Toulx ]

Nathalie Forget

erikM

ErikM . Idiosyncrasie System
Nathalie Forget . Ondes Martenot

Micro-waves est un tête à tête improvisée entre l’ondiste Nathalie Forget et le compositeur et musicien electro ErikM.
A travers leurs lutheries respectives, pratiquement un siècle les sépare.
Initiée par ErikM en 2018, cette rencontre est un grand écart sous tension entre deux lutheries électroniques, les Ondes Martenot et plus modestement Idiosyncrasie.

Le festival le Bruit de la Musique a déjà fait entendre les Ondes Martenot, premier instrument électronique français créé par Maurice Martenot en 1928, lors du très beau concert donné par le duo composé de Nadia Ratsimandresy et Augustin Viard en 2015.
Idiosyncrasie est conceptualisé par ErikM et achevé par Charles Bascou au GMEM-CNCM en 2013. Ce dispositif est constitué d’un Macbook Pro, Max, Lemur sur iPad…

A l’issu de deux résidences de recherche aux CNSMD de Paris en 2018 puis au GMEM à Marseille en 2019, une grande variété de matériaux sonores natifs des Ondes a été sélectionnée puis enregistrée. Ces sonorités dynamiques réverbérées ou zinguées, sont le résultat d’années de recherches de l’ondiste. Pour Micro-waves, Nathalie Forget entre en interaction avec son partenaire, qui agence et transforme en temps réel des échantillons originaires des Ondes et de sons granulaires ou phonographiques personnels.


15h00 – Pascal Battus (France)

[ Eglise de Saint-Silvain-sous-Toulx ]

Pascal Battus

[ ]


17h00 – Tiziana Bertoncini (Italie/Autriche)

Violon solo

[ Eglise de Toulx-Sainte-Croix ]

Tiziana Bertonciniphoto © Nika Brunova

Tiziana Bertoncini revient au festival pour la seconde fois, non pas cette fois en tant qu’artiste plasticienne (on se souvient de son installation sonore et visuelle Sinfonia Invisibile au château de La Roche en 2014) mais en tant que musicienne et en tant qu’improvisatrice.
Sa démarche se trouve au coeur d’une discipline particulière qui s’appuie sur toute une série de stratégies de contournement à même de dévoiler le coeur précieux de l’écoute. Contourner les clichés attendus du violon démonstratif, contourner les effets de manche, contourner les défauts du bavardage sonore, mais toujours se coltinant l’instrument sans ajout, ne s’enfermant dans aucune esthétique préconçue. La musique se fait ici présence plastique, objet d’attention spatiale.


20h00 – Ensemble This Ensemble That (Suisse)

Deuxième concert

[ Chapiteau ]

Ensemble This Ensemble That

Programme :

Julian Sartorius (*1981) & ET|ET : RLLRLRLLRRLRLRLRLLRLRLR (2018) pour 4 percussionnistes et un instrument manipulateur.

Brian Archinal, Victor Barceló, Miguel Angel Garcia Martin, Bastian Pfefferli + Julian Sartorius


22h30 – Angela Schubot & Jared Gradinger (Allemagne)

« What they are instead of »

[ Chapiteau ]

Jared Gradinger & Angela Schubotphoto © Carol Moraes

Angela Schubot et Jared Gradinger se rencontrés en 2009 pour élaborer « What they are instead of », une pièce maîtresse et fondatrice qu’ils n’ont cessé de jouer depuis. Leurs intentions premières étaient d’explorer les notions d’intimité et d’identité, quand celles-ci s’exposent à l’excès et au surplus, se transformant de fait en une relation étrange et étrangère. En silence, disons sans présence musicale extérieure, les deux danseurs s’adonnent à un rituel du toucher, de l’enlacement, de l’accaparement, de la bousculade, de la possession, révélant parfois le ridicule et l’absurdité des relations physiques, du besoin de l’autre. Comme victimes des forces gravitationnelles, ils sont condamnés à s’éprouver dans la chute, dans l’appui, dans l’écrasement, dans la tentative d’un envol empêché par l’un et par l’autre…