Association Ryoanji | contemporary artistic creation
association RYOANJI
contemporary artistic creation
FR | EN
Navigation
19 May 2019 - 00:00 @ fondation martell - Cognac (France)
 Trois Ryoanji
Trois Ryoanji
To be translated :

Ryoanji de John Cage est la pièce qui a donné son nom à notre association...

De 1983 à 1985, John Cage (1912-1992) composa cinq pièces portant le titre identique de Ryoanji (ainsi qu’un grand nombre de gravures et de dessins), du nom d'un temple bouddhiste zen de Kyoto (Ryōan-Ji, 竜安寺), célèbre pour son jardin de pierres à la composition énigmatique. Ces cinq pièces - successivement pour voix, contrebasse, hautbois, trombone et flûte - ont été écrites selon le même principe : une succession de plusieurs jardins représentés chacun par deux pages sur lesquelles le compositeur a posé des pierres servant de guide pour le crayon dessinant ainsi des courbes accidentées.

Ces courbes, sous la forme de glissandi sans cesse renouvelés, sont contraintes dans des tessitures données qui peuvent être très réduites obligeant les instrumentistes à sentir et à contrôler des variations infimes de hauteurs. Bien sûr, aussi bien la position des pierres que les tessitures sont le résultat d"'opérations de hasard" selon la méthode du I-Ching que John Cage utilisa dès les années 50 et ce jusqu'à la fin de sa vie.

Pour chacun des Ryoanji, des parties pré-enregistrées par les interprètes sont diffusées sur trois enceintes acoustiques distinctes faisant de chaque partition un quartet du même instrument, un seul étant joué en direct.

Autre particularité de Ryoanji : les cinq pièces, indépendantes les unes des autres, sont accompagnées par la même partition de percussion. Cette partition, représentant selon le compositeur le gravier ratissé du jardin zen, n'est composée que de battements identiques qui prennent appui sur une pulsation régulière mais non cyclique, chaque battement prenant la forme d'un accord d'au moins deux sons provenant d'instruments de familles différentes. Comme si la lumière changeait imperceptiblement sur eux, chacun de ces accords portent de légers glissements de dynamique.

Trois des cinq partitions seront interprétées ici.

«Comment pourrait-on décrire les changements qui s'opèrent en nous quand nous jouons Ryoanji ? Et peut-on user du mot jouer pour décrire le fait de partager ce moment d'écoute si singulier où ce qui s'offre à entendre se trouve dans les interstices du son, comme entre les pierres de la partition ? Et qu'y a-t-il entre chaque battement de la percussion ? Serait-ce cette immobilité qui ne ferait partie ni du mouvement ni du parcours ? Et quel est cet ordre des distances - ce rythme d'avant le rythme - duquel s'élaborent tant d'états transitoires, tant d'étapes intermédiaires sans pour autant qu'il y ait le moindre dé- part et la moindre arrivée ?» (Lê Quan Ninh)

Distribution : Hélène Mourot (hautbois), James Fulkerson (trombone), Hubertus Biermann (contrebasse), Lê Quan Ninh (percussion)
ensemble]h[iatus
hubertus biermann, james fulkerson, Lê Quan Ninh, hélène mourot

program :

ryoanji (1983) by John Cage
next