Association Ryoanji | contemporary artistic creation
association RYOANJI
contemporary artistic creation
FR | EN
Navigation
31 May 2013 - 18:30 @ bibliothèque - sarlat (France)
 Conférence : John Cage et le Zen
Conférence : John Cage et le Zen
To be translated : De culture protestante, envisageant un temps de devenir pasteur, John Cage s'intéresse très tôt aux philosophies religieuses de l'Orient, d'abord celles de l'Inde à travers ses lectures de Ananda Coomaraswmy puis grâce à une jeune étudiante qui l'initie à la musique et la spiritualité de l'Inde, Gita Sarabhai. Il est néanmoins entourés d'artistes qui se passionnent pour le bouddhisme zen introduit aux Etats-Unis par les écrits de D.T. Suzuki et Alan Watts, tels le peintre Mark Tobey ou encore Nancy Wilson Ross qui donna une conférence à la Cornish School de Seattle en janvier 1939 intitulée : Zen Buddhism and Dada. La rencontre justement avec le philosophe et essayiste D.T. Suzuki en 1951 à travers les cours que celui-ci donne à l'université Columbia de New York, aura une répercussion immédiate et durable sur l'art et la vie de John Cage. Ces cours, suivis assidûment par de nombreux artistes, confirmeront les intuitions longuement mûries par Cage à travers son œuvre sur des sujets tels que le silence et l'indétermination, sujets qui prendront une place prépondérante et se développeront jusqu'à la fin de sa vie par le biais de ses compositions musicales, ses écrits et son œuvre plastique. En 1958, à Darmstadt, il prononce trois conférences sur ces sujets qui feront l'effet d'une bombe dans le milieu musical de l'époque, ramenant une dimension cosmogonique dans l'art qui, devant imiter la nature dans son action, délaisse l'objet pour le processus. Ce dernier garantit une absence de hiérarchie entre les sons mais aussi entre le compositeur, l'interprète et l'auditeur puisque tous sont invités à découvrir l'oeuvre au moment de son interprétation, celle-ci ne pouvant donner à chaque fois le même résultat. Par Suzuki, John Cage apprend que l'ego n'est qu'une illusion, une construction mentale qui n'a pas plus de substance que les pensées qui vont et qui viennent. Si l'égo n'existe pas - ou plus précisément s'il est ni existant, ni non-existant - alors quel serait le besoin d'exprimer quoi que ce soit à travers ses goûts et ses inclinations ? Ne serait-il pas plus libérateur de s'en remettre au réel en acceptant le changement continuel qui le caractérise ? Ne serait-il pas plus excitant de découvrir sans cesse le mouvement de la vie, mouvement indescriptible par sa diversité et par l'ensemble de ses simultanéités ? Deux notions importantes seront ainsi mis en oeuvre par John Cage, interpénétration et non-obstruction, non séparées, non séparables.
Lê Quan Ninh

Conférence sur une invitation de l'Agence Culturelle Départementale Dordogne-Périgord (24)
Atelier pédagogique
Lê Quan Ninh
next event